Retranscription du tchat de John Green avec ses fans

Aujourd’hui, John Green organisait un livetchat avec ses fans sur People Mag. Je suivais la conversation et j’ai retranscrit la majorité des réponses de John sur Twitter.

– « J’ai adoré écrire Hazel parce qu’elle n’était pas moi. C’était agréable d’essayer de passer du temps dans la tête de quelqu’un d’autre pendant un certain temps. »

– La scène à la Maison d’Anne Frank est probablement celle que John Green a le plus hâte de voir à l’écran.

– « J’aime écrire pour et sur les adolescents parce qu’ils font tellement de choses intéressantes pour la première fois : tomber amoureux,  découvrir la perte et le deuil, se poser les grandes questions sur l’humanité qui sont si importantes. »

– « Mon conseil aux jeunes écrivains est de toujours lire. C’est le seul apprentissage que nous avons en tant qu’écrivains. Grâce à la lecture, nous apprenons comment les autres ont utilisé texte pour nous faire sentir la puissance de l’histoire. »

– « Mes fans me rappellent que les jeunes ne sont pas les gens désengagés, indifférents, et peu profonds qu’on décrit si souvent. Ils sont intelligents, réfléchis et se soucient profondément d’un tas de trucs. Je trouve ça si vivifiant, et il ça me rappelle d’essayer d’orienter ma vie de cette façon. »

– « Je suis très excitée à l’idée d’aller à la rencontre de Shailene et Ansel. Je ne peux pas attendre. J’ai tellement adoré leurs auditions et je les aime vraiment ensemble. »

– « Je ne sais pas vraiment si j’ai une ligne préféré du livre Nos Etoiles Contraires en tant qu’écrivain. Malgré tout, je crois que j’ai un faible pour le moment où Hazel dit qu’elle est tombée amoureuse doucement puis tout d’un coup. »

– « J’aime les livres depuis petit et j’ai toujours rêvé d’en écrire. Mais je n’ai jamais pensé que je pourrais être un auteur professionnel. Il me semble que je voulais être astronaute ou quelque chose comme ça. »

–  « Je voudrais encourager les écrivains en herbe pour qu’ils se rendent compte qu’il est possible d’être un auteur, surtout maintenant. Beaucoup de gens écrivent des livres, et il n’y a rien de spécial ou magique sur les gens qui le font. »

– « Je sais que quand j’étais plus jeune, je pensais que les auteurs étaient comme des sorciers ou quelque chose du genre. Il s’avère que ce sont de parfaits moldus. »

– « Je ne suis pas un de ces écrivains avec un travail quotidien très discipliné. J’écris quand je trouve le temps. »

– « Mon conseil aux jeunes écrivains qui tentent de se faire publier est de ne pas trop s’inquiéter de l’édition. Inquiétez-vous davantage de l’écriture. »

– « Était-ce difficile d’écrire Hazel car elle est une femme ? Eh bien, jee ne sais pas ce que c’est que d’être une femme, et je ne vais pas prétendre le contraire. Mais j’essaie d’écouter attentivement les gens dans ma vie, dont beaucoup sont des femmes. Quand j’ai pensé à écrire du point de vue féminin, c’était très intimidant. Mais une fois que j’ai trouvé la voix de Hazel – une fois que j’ai écrit cette première ligne dans le roman – je n’ai pas eu l’impression que j’étais en train d’écrire à partir de la voix d’une femme. Je me sentais comme si j’étais en train d’écrire de la voix de Hazel, c’est tout. »

– « Comment j’ai géré ma popularité après Tfios ? Mal. :-) Non, vraiment : ça été une merveilleuse bénédiction dans ma vie, tout à fait inattendue et je suis toujours dépassé par ça. Je me sens vraiment, vraiment chanceux que Tfios aie trouvé un large public. C’est un livre tellement important et personnel pour moi. Il faut dire que les lecteurs du livre sont tellement passionnés. »

– « En un sens, mes personnages sont fondés sur des personnes réelles. Je passe beaucoup de temps à regarder, à réfléchir sur les gens et ce qui les motive. Pourquoi ils se soucient de ce dont ils se soucient, pourquoi ils craignent ce qu’ils craignent… Et aussi, c’est terriblement narcissique mais j’aime vraiment et je passe beaucoup de temps à essayer de me comprendre. »

– « Si je vais écrire un autre roman ? J’écris, j’écris… mais je ne sais même pas tout à fait ce que j’écris. »

– « Si je pouvais rencontrer l’un de mes personnages, je dirais […] Hazel. »

– « J’aime beaucoup Hazel. C’était amusant d’écrire sur quelqu’un que je trouve admirable. »

– « Les gars doivent comprendre que toutes les relations amoureuses finissent soit dans le divorce, la dissolution, ou la mort. »

– « Comme je suis une personne très sentimentale, je dirais que Daisy et Gatsby forment mon couple préféré dans la littérature. »

– « Je ne sais rien de plus sur mes personnages que les lecteurs ne savent, et je ne pense pas que nous devrions solliciter et privilégier la voix d’un auteur quand il s’agit de questions en dehors du texte du livre. »

– « Je ne sais pas ce qui arrive à l’un des personnages après le récit, ni quoi que ce soit. »

– « Les livres appartiennent à leurs lecteurs. C’est votre histoire maintenant, pas la mienne. »

– « Je n’ai qu’un hobby, c’est de regarder la meilleure équipe de football dans l’histoire humaine, Liverpool Football Club. »

– « Je voudrais être comme Hazel, et j’espère que je vais devenir comme elle, mais je pense que je suis probablement davantage comme Gus. (Je ne veux pas dire ça comme un jugement de valeur, je pense que la vision du monde Gus a ses avantages, bien sûr !) »

– « Adolescent, j’étais certainement plus comme Gus : je voulais vivre une grande vie dont on se souviendra pour toujours. (Mais je n’ai jamais vraiment tenu compte du fait que, comme Hazel le souligne, « pour toujours » est un concept erroné.) »

– « Je ne vais pas diriger le film, et nous devrions tous être heureux de ça, parce que je ne sais pas comment réaliser des films. »

– « J’ai toujours pensé que ce serait étrange et terrifiant de voir mes mots transformés en effets visuels. Mais en fait c’est amusant. »

– « Je ne crois toujours pas que le fait qu’il va y avoir un film est réel. »

– « Un livre est seulement aussi bon et/ou utile que le lecteur le ressent. »

– « Tout ce que nous pouvons faire en tant qu’individus est d’essayer de rendre le monde vivable pour autant de personnes que possible – à la fois ceux qui sont actuellement ici et ceux qui ne sont pas encore nés. Je pense que l’art est une façon de le faire. J’espère que c’en est une. Mais je pense aussi que la recherche en physique peut en être une. Je pense que travailler pour mettre fin à la délinquance peut en être une. Si nous nous orientions vers cette idée de service, je pense que nous finirions par avoir la vie meilleure, plus heureuse et plus intéressante. »

– « Je pense que les livres imprimés vont probablement traîner pendant un certain temps encore, malgré la lecture numérique. »

– « Je ne m’inquiète pas vraiment du format. Je me fiche que vous ayez lu sur e-book ou papier. Je m’inquiète juste que les gens lisent »

– « La couverture de Tfios est particulière car je voulais une couverture non-photographique et minimaliste. »

– « Mon truc préféré avec les fans, c’est les projets que nous faisons ensemble. Des milliers de personnes qui se coupent les cheveux pour l’organisation CWHL, par exemple. »

– « Quand vous êtes obligés de lire un livre pour les cours par exemple, du mieux que vous le pouvez, essayez d’oublier que vous y êtes obligés. Aucun livre ne devient un classique sans justification. Il y a quelque chose d’intéressant, d’utile et d’impressionnant dans cette histoire que vous êtes obligés de lire. Cherchez. »

– « J’ai commencé à essayer d’écrire le livre qui est devenu Tfios sur le chemin du retour en 2000, après avoir travaillé comme aumônier à l’hôpital pour enfants. Il s’est certainement développé pendant de nombreuses années avant qu’il ne devienne l’histoire que j’ai fini par écrire. »

– « Je souhaiterai que les idées me viennent dans un éclair de lumière aveuglante, mais dans mon cas, l’écriture consiste surtout à obtenir de petites idées et à essayer ensuite de les tisser ensemble dans une histoire cohérente. »

– « Je n’avais pas de titre pour Tfios jusqu’à la dernière seconde. Même une semaine avant, je pensais que ça serait « The Sequel » ou je ne sais pas. »

– « Je pense que nous avions une liste de 40 titres potentiels pour Tfios. Je suis un terrible titreur. »

– « Un livre ne peut pas être bon à moins que et jusqu’à ce que le lecteur de ce livre ne fasse en sorte qu’il le soit. »

– « Cela signifie tellement pour moi que mes livres soient lus de manière réfléchie par vous. »

– « Je suis infiniment reconnaissant pour tout ce que vous faites pour essayer de rendre mes livres le mieux qu’ils puissent être. »

– « Vous m’avez posé tellement de questions que je ne pense pas qu’il y ait quelque chose que vous ne m’ayez jamais demandé. »

Et voilà, c’est terminé… :)

– « Merci encore, et comme on dit dans ma ville natale : N’oubliez pas d’être impressionnant. »

Relire la discussion en intégralité (en anglais ou avec la traduction disponible en cliquant en bas)

Publicités

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s